Céphalée quotidienne par abus médicamenteux

Définitions :

C’est une céphalée chronique quotidienne (CCQ) qui affecte des sujets souffrant préalablement d’une céphalée primaire initialement épisodique chez qui l’usage excessif de traitement de crise induit la transformation de l’expression épisodique vers une expression chronique et entretien ensuite la CCQ. Il est important de préciser que les patients non céphalalgiques consommant des traitements antalgiques ne développent pas de CCQ. La CCQ ne se développera que sur des patients présentant une céphalée primaire initiale (migraine, céphalée de tension, …)

Critères diagnostiques de céphalée quotidienne par abus médicamenteux définis par l’International Headache Society.

(Headache Classification Comittee. The International Classification of Headache Disorders : 3rd edition beta versin. Cephalalgia 2013; 33:629-808).

A. Céphalée présente au moins 15 jours par mois chez un patient ayant une céphalée préexistante.

B. Abus régulier depuis plus de 3 mois d’un ou plusieurs médicaments pouvant être utilisés comme traitement des céphalées.

C. Non attribuables à une autres causes.

L’abus médicamenteux est défini par le nombre de jours de prises médicamenteuses par moi sans tenir compte des quantités journalières.

Ces nombres de prises sont quantifiées sur 3 mois.

Selon la classe médicamenteuse le nombre de prises mensuelles pathologique est variable :

  1. 15 jours pour les traitements antalgiques usuels type paracétamol, aspirine et AINS
  2. 10 jours pour les médicaments contenant de la morphine ou ces dérivés (opium, codéine, tramadol, …) et pour les médicaments spécifiques de la crise migraineuse :
    1. triptans
    2. dérivés de l’ergot du seigle.

Description :

Mal de tête initial récurent (céphalée de tension, migraine et souvent les deux)  entrainant des prises médicamenteuses régulières avec passage progressif à un mal de tête quotidien nécessitant une prise médicamenteuse régulière pour être soulagé.
La douleur apparaît souvent en fin de nuit ou au petit matin, amenant alors le patient à prendre une médication dés le réveil.
Le patient peut également prendre la médication en prévention de l’apparition de la céphalée.
C ‘est une céphalée en casque, à type de pression ou de serrement, d’intensité légère à modérée.
Elle engendre rarement des nausées, des vomissements, de la phonophobie (gêner par le bruit)ou de la photophobie (gêner par la lumière).
Elle peut se manifester épisodiquement par la céphalée initiale (migraine et/ou céphalée de tension la plupart du temps).
Cette douleur est en faite liée à une véritable toxicomanie au médicaments, la douleur est une manifestation de manque !!!!.
La céphalée disparaît lors de l’arrêt médicamenteux.

Traitement : Le sevrage

Prévention de la céphalée par abus médicamenteux.