Insuffisance respiratoire et drainage thoracique

M X, 85 ans, est hospitalisé en réanimation pour détresse respiratoire aigüe sur pneumopathie.insuffisancerespiratoire1
Devant la gravité de l’atteinte respiratoire, il est mis sous assistance respiratoire avec intubation et sédation. Il va bénéficier d’un drainage thoracique devant la présence d’un épanchement pleural gauche.
Après la guérison de la pneumopathie,  le sevrage respiratoire va s’avérer très difficile avec un poumon gauche qui ventile mal, une impossibilité d’avoir une toux efficace.
Après 3 mois d’évolution le patient présente une dépendance complète au respirateur, les séances d’aide inspiratoire (pression d’insufflation aidant à augmenter le volume d’une inspiration du patient) sont devenues impossibles. On note toujours une hypoventilation nette au niveau du poumon gauche.
A l’examen on retrouve la cicatrice de drainage de 4 mm qui est sensible et déclenche des mouvements de retrait du patient à la manœuvre du palpé roulé.
Devant cette gene une infiltration de la cicatrice et du trajet de l’ancien drain sur 2 cm de profondeur est réalisée par de la lidocaïne 1%. Etonnamment le patient présente une  amélioration nette de sa ventilation avec une diminution de l’hypoventilation gauche constatée auparavant. L’état respiratoire du patient après 48 heures est revenu à l’état respiratoire du premier mois d’hospitalisation.
La question d’une participation de la douleur cicatricielle du trajet du drain au maintien des difficultés respiratoires d’un patient insuffisant respiratoire chronique peut se pauser.
Information générale sur les neuropathies cicatricielles.