Diagnostic et traitement de douleurs sur neuropathie cicatricielle et syndrome myofascial : un cas concret

Mme X, 45 ans, a bénéficiée dune chirurgie du sein gauche avec reconstruction par pose de prothèse sur le sein gauche puis dans un deuxième temps d’une chirurgie de réduction mammaire à droite.
Dans le mois qui a suivie cette dernière chirurgie elle a développé des douleurs de l’hémithorax gauche, de l’ensemble du bras gauche jusqu’aux cervicales.

 

 

 

 

Ces douleurs sont très intenses et entrainent une insomnie sévère. Les antalgiques usuels sont inefficaces.
L’examen clinique retrouve des douleurs d’origine cicatricielle typique avec épreuve du palpé roulé de l’ensemble de ces cicatrices reproduisant ces douleurs. Par contre la topographie douloureuse de l’ensemble du bras est inhabituelle.

Pour confirmer le diagnostic et débuter le traitement, on réalise trois injections de lidocaine comme suit( en vert):

 

 

 

 

Cette première injection modifie le territoire douloureux :

 

 

 

 

La deuxième injection (en vert):

 

 

 

 

donne le résultat suivant :

 

 

 

 

devant la persistance de la douleur du membre supérieur droit une troisième injection vers le creux axillaire est réalisée :

 

 

 

 

On obtient :

 

 

 

 

Seule la douleur de la face interne du bras droit disparaît …
En refaisant l’examen clinique on trouve un syndrome myofascial net du grand pectoral droit dans sa partie haute.

 

 

 

 

L’infiltration test par lidocaïne 1% du muscle(‘en éventail dans les zones vertes) permet d’obtenir :

 

 

 

 

L’infiltration de lidocaïne dans les zone douloureuse musculaire permette de confirmer l’origine de certaines douleurs myo-fasciales. Dans certains cas, cette infiltration permet de stopper définitivement la douleur mais ce n’est pas la règle. On propose donc à la patiente une prise en charge par K-tappe (technique de kinésithérapie par apposition de bande adhésive sur la peau)pour désamorcer le processus douloureux et commencer la kinésithérapie.

Conclusion

Un bel exemple de douleurs sur neuropathie cicatricielle. La modification de la topographie douloureuse par rapport au schéma habituel doit faire rechercher un syndrome myofascial associé.
Dans ce cas précis, l’origine du syndrome myofascial est en rapport avec une projection de l’épaule en avant et en terne afin de diminuer la douleur de la cicatrice (attitude de protection).

Post operative chronic pain